Retraite

Comment préparer sa retraite avec une assurance-vie ?

Pour préparer son départ à la retraite dans des conditions souples et optimales, l’assurance – vie est une alternative performante et avantageuse à plusieurs titres. Ainsi, à la fin de la carrière professionnelle, l’assuré perçoit un revenu supplémentaire constitué grâce à un capital cumulé à son rythme durant ses années actives. Ce dernier est fructifié dans un cadre fiscal avantageux grâce à différents supports d’investissements. Découvrez, ci-dessous, un zoom sur le sujet.

Le concept du contrat de l’assurance-vie

Perçue comme un investissement avantageux et sûr, l’assurance-vie constitue le placement le plus prisé des Français. Son volume de capitalisation a atteint les 1 788 Mds d’euros à la fin de l’année 2019. Il est temps donc de réaborder ce concept et de mieux expliquer son fonctionnement. En effet, une assurance-vie est un produit d’épargne proposé par des sociétés d’assurance. Aux termes de ce contrat, l’assuré définit le rythme et les montants des versements. L’objectif est de fructifier son capital en vue de réaliser des projets sur le long et moyen terme.

Ce qui distingue l’assurance – vie des autres produits de placement, c’est qu’elle permet au souscripteur de désigner ses proches en tant que bénéficiaires du contrat. Ainsi, ces derniers sont protégés en cas du décès du souscripteur à travers le versement de l’épargne en fonction des modalités du contrat.

La souscription d’une assurance-vie peut répondre à plusieurs objectifs. En effet, elle constitue un moyen d’épargne pour financer plein de projets tels que :

  • Les études des enfants
  • Un achat immobilier
  • Un voyage
  • Constituer une épargne
  • Des travaux

Néanmoins, ce type de contrat constitue un placement idéal pour préparer sa retraite. D’ailleurs, il constitue une solution pertinente dans ce sens.

Pourquoi anticiper sa retraite avec un contrat d’assurance-vie est une solution avantageuse ?

Préparer sa retraite est un projet important pour préserver le même niveau de vie à la fin de la carrière professionnelle. L’assurance-vie se présente comme une solution fructueuse pour constituer un bon capital pour sa retraite. C’est une solution pertinente qui présente plusieurs avantages.

Un outil versatile

Les atouts de l’assurance vie sont nombreux. On s’intéresse ici au caractère versatile de ce contrat. En effet, souscrire cet engagement revient à investir dans une enveloppe fiscale. Cette dernière peut être composée de plusieurs produits financiers nommés “supports” du contrat. Ils peuvent être sous la forme de fonds obligations, de fonds euros, de fonds mixtes, de biens immobiliers

L’assurance-vie peut être mono-support. Dans ce cas, il s’agit uniquement de fonds euros. Par ailleurs, elle peut aussi être multi-supports. En d’autres termes, elle est diversifiée. Le caractère versatile de cette assurance permet de passer d’un type de contrat à un autre sans perdre ses avantages fiscaux.

Une gestion souple

La gestion de l’assurance-vie peut se faire individuellement. En effet, il est possible de vendre ou d’acheter des produits financiers à l’intérieur de cette assurance. Les arbitrages sur les différents supports peuvent être délégués à l’assureur. Ce dernier se charge de gérer le portefeuille tout en respectant le degré du risque fixé par le client.

Un supplément de retraite accessible

L’assurance-vie est accessible à tout le monde quel que soit l’âge, le revenu ou le statut. De plus, pour accéder à ce contrat, il faut prévoir un petit budget minimal (entre 50 et 150 €) en fonction du type d’engagement. Les versements se font au rythme choisi par l’assuré et avec des montants de son choix. Par ailleurs, il est possible de sécuriser son épargne en la convertissant en fonds euros. Ainsi, à l’approche de la retraite, l’assuré peut profiter de plus de sérénité.

Plein d’avantages fiscaux

Souscrire un contrat d’assurance-vie pour préparer sa retraite vous fait bénéficier d’un avantage assez intéressant. En effet, quand vous effectuez des retraits sur votre épargne après huit ans, les profits générés ne sont pas imposables dans une limite de 4 600 €. Pour les couples, cette limite s’élève à 9 200 €. En cas de décès, les proches bénéficient d’un abattement fiscal sur les droits de succession.

Sous quelle forme peut-on récupérer son épargne ?

L’assurance-vie est un outil d’épargne flexible. En effet, elle permet un large choix en termes de sorties. Ce type de contrat permet aux assurés de préserver le contrôle de leur épargne tout en choisissant une sortie à la carte. Dans cette section, on vous propose de vous projeter dans le futur et de choisir le mode de récupération de fonds qui vous convient.

  • La rente : une fois à la retraite, vous pouvez profiter d’une rente viagère ou temporaire (avec une durée définie à l’avance) pour disposer d’un revenu supplémentaire. C’est au moment de la souscription du contrat que vous pouvez opter pour la sortie en rente. Son caractère immédiat implique le versement du capital épargné en une seule fois. Par ailleurs, aucune possibilité de retrait n’est autorisée.

 

  • La sortie en capital : il s’agit de récupérer en une seule fois le capital épargné. Par ailleurs, l’assuré peut choisir d’effectuer des rachats partiels sous la forme d’un système de retraits automatiques. De plus, il peut effectuer lui-même les retraits en fonction de ses besoins.

 

  • Les retraits programmés : il s’agit d’un système de rachats partiels permettant au retraité de bénéficier d’un montant prédéfini chaque mois ou chaque trimestre. Ces retraits peuvent être interrompus ou réactivés sans le moindre frais.

À partir de quel âge est-il conseillé de souscrire un contrat d’assurance-vie ?

En parlant d’âge, un conseil précieux s’impose. Pour épargner en prévision de la retraite, il n’est jamais trop tard pour commencer. Cependant, il est recommandé d’entamer l’épargne le plus tôt possible pour minimiser les efforts financiers. Même à 40 ans, il n’est pas trop tard de le faire. À cet âge, vous disposez d’une plus longue période pour mettre de l’argent de côté pour la retraite.

Plus vous tardez à vous lancer, plus votre effort d’épargne serait important. À titre d’exemple, si un assuré de 25 ans vise à percevoir une rente mensuelle de 1 000 euros à son départ à la retraite à l’âge de 62 ans, il doit mettre de côté 380 euros/ mois durant sa carrière. S’il commence à épargner à partir de 40 ans, la somme passe à 795 euros /mois.