La protection du foyer

Tout le monde s’accorde à dire qu’il est important de protéger sa famille, mais qui connaît réellement sa couverture en cas l’arrêt de travail, l’invalidité ou le décès pour lui et sa famille.
Nous allons donc voir quels sont les points de contrôle à mettre en place, aussi bien dans votre foyer, que dans votre entreprise si vous en êtes le dirigeant.

Comment protéger sa famille en cas de maladie ou de décès ?

Protéger sa famille de tout risque est important. Cela se fait d’abord par la connaissance de l’ensemble de ses droits et de ses couvertures mis en place au sein de son travail et de son foyer.

Cette protection du foyer repose sur plusieurs piliers :

  1. Votre régime social

  2. Votre couverture entreprise

    • La couverture arrêt maladie en entreprise est un dispositif qui permet aux salariés de percevoir une indemnité en cas d’absence pour maladie. Elle est généralement mise en place par l’employeur et peut être incluse dans le contrat de travail ou dans un régime d’assurance maladie complémentaire.
  3. Vos contrats individuels

    À titre privé, comme la Garantie de la Vie (GAV), la garantie Obsèques, l’assurance emprunteur.

    À titre Professionnel, comme la Garantie Homme clés, Pacte Dutreil ou Pacte associé.

  4. Vos frais de santé ou mutuelle

    Les frais de santé doivent aussi être contrôlés, ils peuvent être une source de dépenses importantes.

Quel est votre besoin de couverture et à quel niveau, vous désirez être couvert !

Quel est le niveau de couverture entreprise ?

La durée de prise en charge pour un arrêt de travail dépend du régime de sécurité sociale auquel vous êtes affilié et de la nature de votre arrêt de travail.

Voici quelques informations générales sur la durée de prise en charge pour un arrêt de travail :

Maladie : en cas d’arrêt de travail pour maladie, vous pouvez être indemnisé pendant toute la durée de votre arrêt, jusqu’à votre réintégration au travail ou votre inaptitude définitive. La durée de prise en charge varie selon le régime de sécurité sociale auquel vous êtes affilié, mais elle peut être de 100 % du salaire pendant les trois premiers mois, puis de 80 % du salaire pendant les neuf mois suivants.

Accident du travail : en cas d’accident du travail, vous pouvez être indemnisé pendant toute la durée de votre arrêt de travail, jusqu’à votre réintégration au travail ou votre inaptitude définitive. La durée de prise en charge est de 100 % du salaire.

Maternité : en cas d’arrêt de travail pour maternité, vous pouvez être indemnisée pendant 16 semaines avant et après l’accouchement, soit un total de 32 semaines. La durée de prise en charge est de 100 % du salaire.

  • Quelle est la durée de prise en charge pour une invalidité ?
  • La durée de prise en charge pour une invalidité dépend du régime de sécurité sociale auquel vous êtes affilié et de la nature de votre invalidité.

    Voici quelques informations générales sur la durée de prise en charge pour une invalidité :

    1. Invalidité temporaire : si vous êtes reconnu en invalidité temporaire, c’est-à-dire que votre état de santé est susceptible de s’améliorer, vous pouvez être indemnisé pendant toute la durée de votre invalidité, jusqu’à votre réintégration au travail ou votre inaptitude définitive. La durée de prise en charge varie selon le régime de sécurité sociale auquel vous êtes affilié, mais elle peut être de 100 % du salaire pendant les trois premiers mois, puis de 80 % du salaire pendant les neuf mois suivants.
    2. Invalidité permanente : si vous êtes reconnu en invalidité permanente, c’est-à-dire que votre état de santé ne s’améliorera pas, vous pouvez être indemnisé de manière permanente. La durée de prise en charge est de 100 % du salaire.

    Il est important de vérifier les modalités de prise en charge de votre couverture maladie et invalidité auprès de votre caisse d’assurance maladie et de votre employeur. 

Elle peut être insuffisante en montant ou en durée selon votre branche professionnelle ou votre statut (salarié ou travailleur non salarié).

 

Besoin d’un conseil sur la protection de votre famille ?

N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre conseiller.

Attention, les plages de rendez-vous sont limitées, car nous désirons conserver une qualité de prestations.

Mais alors quelles sont les réponses apportées ?

Une réponse juridique

L’analyse de votre situation familiale et professionnelle peut permettre de répondre à beaucoup d’interrogations sur la protection de votre foyer.

Un certain nombre d’outils complémentaires sont mis en place afin de valoriser vos réflexions faites en partenariat avec votre notaire ou avocat.

Une réponse financière

Une analyse globale de vos droits permettra de déterminer quel est l’impact financier pour vous et votre famille en cas de problèmes graves de santé pour vous ou votre famille.

Nous pourrons ainsi déterminer quel type de garantie complémentaire correspondra à l’objectif ou pas.

Points d'alerte

Les banquiers et les assureurs jouent sur votre peur et votre non-connaissance de votre protection sociale pour vous vendre des contrats de prévoyance.

Ils s’appellent Garantie de la vie (GAV), contrat garanti décès invalidité, etc…

Posez-vous la question de leur pertinence 

2 exemples simples:

Le périmètre de garantie : une GAV ne vous couvre que pour les accidents domestiques, c’est-à-dire à la maison et pas en cas de décès par maladie.

Un capital décès couvre votre famille mais l’assurance des prêts immobiliers offre aussi une garantie à auteur du capital restant dû.

Assurance-décès pour protéger le conjoint

Les avantages

  • Le contrat d’assurance en cas de décès garantit le versement d’un capital ou d’une rente au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) si l’assuré décède avant le terme du contrat. L’assurance en cas de décès répond à un besoin de prévoyance.
  • L’assurance décès garantit au souscripteur, en contrepartie d’une cotisation faible, le versement de capitaux au bénéficiaire de son choix pour le protéger d’une baisse de revenus.
  • Permet de protéger son patrimoine : par exemple le remboursement d’un emprunt.
  • On peut ajouter des garanties optionnelles telles que la rente éducation, l’assurance décès en cas d’accident, assurance invalidité et incapacité, perte d’emploi, assistance administrative et juridique…
  • Les contrats d’assurance décès peuvent être souscrits soit pour une durée limitée (assurance temporaire), soit pour toute la vie (assurance-vie entière).
  • Mutualisation des risques : les cotisations sont faibles par rapport au montant garanti.
  • Possibilité de modifier à tout moment les garanties (sous conditions).
  • Les cotisations peuvent être annuelles, semestrielles, trimestrielles ou mensuelles.
  • Permet d’assurer un capital ou une rente au conjoint sans risquer en principe l’intervention des enfants contrairement aux donations ou aux legs.
  • Possibilité de désigner plusieurs bénéficiaires dans différentes proportions.
  • Possibilité de démembrer la clause bénéficiaire, faisant naître un quasi-usufruit.

Le plus souvent, les sommes versées au bénéficiaire ne sont pas imposables

Les inconvénients

  • Dans le cadre d’une temporaire décès, les primes versées sont perdues si le décès n’a pas lieu.
  • Avec l’âge ou selon l’état de santé, le coût de l’assurance-décès augmente.
  • De la même manière, les primes peuvent être majorées selon votre état de santé.

La souscription peut être refusée par l’assureur au-delà d’un certain âge, ou après examen médical.

Prévoir dans le temps

L’assurance décès est idéale pour un couple ne disposant pas d’un patrimoine suffisant, situation tendant à évoluer :

Au fil des années, la constitution d’un patrimoine commun doit amener les époux à souscrire des contrats non plus fondés sur la mutualisation des risques, mais sur la capitalisation. Il est nécessaire alors de recourir à d’autres actifs et enveloppes juridiques. Le suivi de ces paramètres s’inscrit parfaitement dans le cadre d’une formule d’abonnement.

Suivi dans le temps des clauses bénéficiaires et adaptation à l’évolution :

  • De la situation familiale
  • Des objectifs patrimoniaux,
  • Et de la législation.

Aménagement du régime matrimonial pour protéger le conjoint.

Questions / Réponses

Frais de santé : qu’est-ce que c’est ?

Lorsque la personne assurée est malade, l’assurance sociale ne rembourse pas l’intégralité du coût de la maladie. Une partie est toujours à sa charge. C’est ce qu’on appelle le coût des soins de santé. Cependant, ces frais ne sont supportés par le patient que si le patient n’a pas souscrit une assurance-maladie complémentaire auprès d’une compagnie de coassurance ou d’une compagnie d’assurances.

Qu’est-ce qu’une mutuelle santé individuelle ? 

Elle désigne/titularise les contrats d’assurance souscrits individuellement dont le but est de garantir l’indemnisation de toutes les dépenses de santé en complément du régime social de base, à savoir les frais d’hospitalisation, de médecine générale, les soins d’orthodontie, etc.

À qui s’adresse la mutuelle de santé individuelle ? 

La souscription à une assurance-maladie personnelle est intéressante pour tous, mais surtout pour les profils suivants : les étudiants (s’ils ne sont pas couverts par le contrat de leurs parents) ; les fonctionnaires ; les chômeurs ; les retraités ; les autoentrepreneurs ; les salariés du privé, pour compléter leur mutuelle santé d’entreprise proposée par l’employeur.

Qu’est-ce qu’une assurance Homme clé ?

Le contrat d’assurance Homme clé est un contrat d’assurance de prévoyance destiné à indemniser l’entreprise des dommages subis lors de la perte temporaire ou définitive de personnel indispensable à ses activités. Toute entreprise a potentiellement un ou plusieurs Homme(s) clé(s).

Qui est l’homme clé? 

L’Homme clé est une personne définie comme telle dans le contrat dont la disparition ou l’absence prolongée peut mettre en péril la pérennité de l’entreprise. C’est généralement le fondateur ou le dirigeant de l’entreprise, mais pas seulement. En particulier, il peut s’agir d’une personne disposant du savoir-faire, de l’expertise ou de la relation nécessaires, par exemple : un responsable commercial dont dépend le chiffre d’affaires de l’entreprise ; un chef cuisinier dans un restaurant ; un  » nez  » chez un parfumeur ; un grand couturier ; un chercheur…

Qu’est-ce que la prévoyance ?

La prévoyance est une protection sociale complémentaire au régime obligatoire. La sécurité sociale fournit une compensation pour chacun des risques, comme le décès, l’incapacité, l’invalidité, la dépendance, mais elle ne peut pas compenser entièrement la perte de revenu de l’assuré.